L’enfance de Steve

Le 24 février 1955, un garçon est né d’Abdulfattah Jandali et de Joanne Schieble. 

Malheureusement, Abdulfattah et Joanne ne veulent pas élever leur enfant. Comme Joanne est issue d’une famille catholique stricte qui la désavoue pour avoir eu un enfant avec un musulman, le couple est contraint de donner le bébé à l’adoption.

L’enfant est alors adopté par Paul et Clara Jobs, un couple vivant dans la Silicon Valley. Les nouveaux parents décident de l’appeler Steven. Aujourd’hui mondialement connu sous le nom de Steve Jobs.

Dès son plus jeune âge, Paul a essayé de transmettre son amour de la mécanique à Steve, qui se souvient avoir été impressionné par l’importance accordée par son père à l’artisanat. Si la famille avait besoin d’une armoire, Paul la construisait tout simplement, laissant Steve l’aider dans le processus.

Plus tard, au lycée, Steve Jobs rencontre Steve Wozniak ; le courant passe immédiatement entre les deux.  Wozniak, âgé de cinq ans de plus, est déjà un technicien informatique talentueux, auprès duquel Jobs apprend beaucoup sur les ordinateurs. À bien des égards, Jobs et Wozniak étaient des jeunes garçons typiques et aimaient faire des farces. Mais ils aimaient aussi explorer le monde de l’électronique et voir ce qu’ils pouvaient créer. 

Combinant ces deux intérêts, ils lancent en 1971 leur premier produit : la « Blue Box », un appareil qui permet aux utilisateurs de passer gratuitement des appels téléphoniques longue distance. 

Wozniak fournit le design et Jobs transforme l’innovation en une entreprise, en prenant des pièces d’une valeur de 40 dollars et en vendant l’appareil pour 150 dollars. Les deux hommes ont vendu près de 100 boîtes, ce qui leur a donné un aperçu de ce qu’ils pouvaient faire avec les compétences en ingénierie de Wozniak et la vision de Jobs.

Une personnalité qui se démarque

À la fin des années 1960, le côté geek de Steve et sa curiosité pour le mouvement hippie ont commencé à s’entrechoquer. Il était donc peut-être inévitable qu’en plus de sa passion pour les mathématiques, les sciences et l’électronique, Jobs s’immerge dans la contre-culture et commence à expérimenter le LSD.

En 1972, il s’inscrit au Reed College, une école privée d’arts libéraux de l’Oregon, où il prend très au sérieux la méditation et l’expérimentation du LSD avec des amis. Il pense que ses expériences avec la drogue l’aident à trouver ce qui est important dans la vie. Dans le cas de Jobs, il réalise que créer de grandes choses est plus important que tout le reste.

Désireux d’explorer la spiritualité orientale, Jobs s’est même rendu en Inde, où il a fini par séjourner pendant sept mois. Le bouddhisme zen, en particulier, devient un aspect profondément ancré de sa personnalité, influençant son approche esthétique minimaliste et lui faisant découvrir le pouvoir de l’intuition.

Ces deux centres d’intérêt – le LSD et la spiritualité – l’ont aidé à développer une certaine forme de concentration, connue sous le nom de « champ de distorsion de la réalité » de Jobs : s’il avait décidé qu’une chose devait se produire, il la faisait simplement se produire en pliant la réalité à sa volonté.

Un autre facteur qui a façonné l’esthétique minimaliste de Jobs est son enthousiasme pour les arts. Tout au long de sa carrière, Jobs n’a cessé de répéter que le design des produits Apple devait être épuré et simple. 

Cet idéal s’est formé pendant ses années d’université. Bien qu’il ait abandonné l’université, Jobs a été autorisé à continuer à suivre des cours, qu’il a suivis dans le seul but de s’enrichir intellectuellement. L’un d’entre eux était un cours de calligraphie, dont les compétences sont devenues plus tard un élément clé de l’interface utilisateur graphique du Mac d’Apple.

La naissance d’un empire

Un esprit spirituel, une consommation régulière du LSD et l’industrie informatique très normée, voilà un drôle de mélange. Pourtant, au début des années 1970, beaucoup de gens commencent à voir dans les ordinateurs un symbole d’expression individuelle.

Ainsi, alors que Jobs était plongé dans les drogues et le zen, il rêvait également de créer sa propre entreprise. Et à peu près à la même époque, son ami Steve Wozniak a eu l’idée de l’ordinateur personnel moderne.

Aux premiers jours de la révolution technologique de la Silicon Valley, Steve Wozniak rejoint le Homebrew Computer Club – un lieu où les « nerds » de l’informatique se rencontrent pour échanger des idées. Où la philosophie dominante est que la contre-culture et la technologie forment un mariage parfait.

C’est là que Wozniak a eu son idée. Les ordinateurs de l’époque nécessitaient plusieurs composants matériels distincts pour fonctionner, ce qui les rendait compliqués à gérer et difficiles à utiliser. Wozniak imaginait un appareil autonome, avec un clavier, un écran et un ordinateur « tout en un ».

Dans un premier temps, Wozniak envisage de donner son concept gratuitement, car c’est l’éthique de Homebrew. Cependant, Jobs insiste sur le fait qu’ils doivent profiter de l’invention de Wozniak.

C’est ainsi qu’en 1976, avec seulement 1 300 dollars de capital de départ, Wozniak et Jobs ont fondé Apple Computer. Le jour où ils ont dû trouver un nom pour leur entreprise, Jobs avait visité une ferme de pommes, et – parce que c’était simple, amusant et familier – le nom « Apple » est resté.

Wozniak et Jobs ont travaillé dur pendant un mois pour construire 100 ordinateurs à la main. La moitié du total a été vendue à un revendeur d’ordinateurs local et l’autre moitié à des amis et d’autres clients. 

Après seulement 30 jours, le premier ordinateur d’Apple, l’Apple I, était sur le point d’être rentable.

Steve Jobs, un leader difficile à suivre

Ceux qui ont connu Jobs personnellement s’accordent à dire qu’il était un individu fantasque, voire excentrique. Si le travail ne répondait pas à ses exigences élevées, il piquait des crises de colère et agressait verbalement les gens.

Mais pourquoi Jobs était-il si contrôlant et capricieux ?

En bref, c’était un perfectionniste impitoyable. Jobs voulait que l’Apple II soit un ordinateur parfaitement conçu, doté de toutes les fonctionnalités et intégré de bout en bout. Mais si cette volonté a contribué au succès de l’Apple II lors de sa sortie en 1977, elle a également épuisé l’énergie et la volonté des employés de l’entreprise.

Si Jobs estimait que le travail d’un employé était médiocre, il lui disait que c’était de la « merde », et était furieux s’il remarquait la moindre imperfection.

Au fur et à mesure qu’Apple grandissait en tant qu’entreprise, Jobs devenait de plus en plus erratique. Mike Scott a finalement été nommé président d’Apple, avec pour tâche principale de garder un contrôle plus strict sur Jobs.

Scott devait essentiellement confronter Jobs aux problèmes les plus épineux que les autres employés n’avaient tout simplement pas l’énergie de traiter. Cela se traduit souvent par des désaccords, parfois par des crises de larmes pour Jobs, qui trouve extrêmement difficile de renoncer à tout contrôle sur Apple.

Jobs trouve particulièrement frustrant que Scott tente de mettre des limites à son perfectionnisme. Mais, de son côté, Scott ne voulait pas que le perfectionnisme de Jobs prenne le pas sur le pragmatisme.

Par exemple, Scott est intervenu lorsque Jobs pensait qu’aucune des 2 000 nuances de beige n’était assez bonne pour le boîtier de l’Apple II, et aussi lorsque Jobs a passé des jours à décider de l’arrondi des coins du boîtier de l’ordinateur. Scott s’est alors concentré sur la fabrication et la vente du boîtier.

L’icône de la tech

L’Apple II, avec quelque six millions d’ordinateurs vendus, est considéré comme l’étincelle qui a conduit à la création d’une industrie des ordinateurs personnels. 

Mais pour Jobs, ce n’était pas un succès complet, car l’Apple II était le chef-d’œuvre de Wozniak, pas le sien.

Jobs voulait créer une machine qui, selon ses propres termes, « ferait une brèche dans l’univers ». Poussé par cette ambition, Jobs a commencé à travailler sur le Macintosh, le successeur de l’Apple II qui allait transformer l’informatique personnelle et faire de lui une icône de la technologie.

Pourtant, le Macintosh n’est pas uniquement l’invention de Jobs, puisqu’il a en fait volé le projet Macintosh à son fondateur, Jef Raskin, un expert en interfaces homme-machine. C’est ainsi que Jobs a repris l’idée et créé une machine fonctionnant avec un microprocesseur suffisamment puissant pour accueillir des graphiques sophistiqués, et pouvant être largement contrôlée par une souris.

Le Macintosh a connu un succès sans précédent, en partie grâce à une campagne de marketing somptueuse comprenant une publicité télévisée sensationnelle – désormais connue sous le nom de « 1984 » – réalisée par le cinéaste hollywoodien Ridley Scott. Associé à la popularité de la publicité, le lancement du Macintosh a provoqué une sorte de réaction en chaîne de la publicité, tant pour Jobs que pour le produit. 

Toujours aussi astucieux, Jobs réussit à obtenir un certain nombre d’interviews très médiatisées dans plusieurs grands magazines, en manipulant les journalistes pour qu’ils pensent que l’interview qu’il leur accordait était une « exclusivité ».

Sa stratégie a fonctionné, et le Macintosh a rendu Jobs riche et célèbre. Il a atteint le genre de célébrité qui pouvait amener la chanteuse Ella Fitzgerald à animer la fête extravagante de son trentième anniversaire. 

Son perfectionnisme et son comportement oppressif envers les employés d’Apple ne faiblissent pas. Il traitait constamment les gens de « connards » s’il pensait qu’ils ne se souciaient pas de la perfection.

Le comportement brutal de Jobs a conduit à une épreuve de force avec l’entreprise. En 1985, le conseil d’administration d’Apple décide de licencier Jobs.

Se remettre en selle

Une fois que Jobs s’est remis de son licenciement d’Apple, il a réalisé qu’il pouvait désormais faire les choses exactement comme il l’entendait, en laissant libre cours à ses bons et mauvais côtés.

Il crée d’abord une nouvelle entreprise commerciale destinée au marché de l’éducation, un ordinateur appelé NeXT.

Avec le projet NeXT, Jobs peut assouvir sa passion pour le design. Il a payé un forfait de 100 000 dollars pour faire concevoir le logo et a insisté pour que le boîtier de l’ordinateur NeXT soit un cube parfait.

Mais le perfectionnisme de Jobs a rendu l’ordinateur difficile à concevoir et à fabriquer.

La vision intransigeante de Jobs a essentiellement sonné la fin de NeXT. Le projet a failli manquer d’argent, la sortie a été retardée de plusieurs années et, au final, la machine était bien trop chère pour le consommateur final. Et en raison de son prix élevé et de sa petite bibliothèque de logiciels, NeXT a à peine fait une vague dans l’industrie informatique au sens large.

À la même époque, Jobs a également acheté une part majoritaire dans une société appelée Pixar. En tant que président, il se réjouit de faire partie d’une entreprise qui est la synthèse parfaite de la technologie et de l’art.

En 1988, Jobs a investi près de 50 millions de dollars dans Pixar tout en perdant de l’argent dans NeXT.

Mais après des années de difficultés financières, le studio sort Tin Toy, un film qui illustre la vision unique de Pixar en matière d’animation par ordinateur. Tin Toy a remporté l’Oscar 1988 du meilleur court métrage d’animation. 

Jobs a alors compris qu’il devait passer des logiciels et du matériel informatique, qui perdaient de l’argent, à Pixar, une société qui réalisait des films d’animation avant-gardistes et potentiellement lucratifs. 

Pixar a fini par s’associer à Disney pour produire son premier long métrage, Toy Story. Sorti en 1996, Toy Story est devenu le film le plus rentable de l’année.

Renouer les liens perdus

En plus d’avoir beaucoup appris sur le plan professionnel au cours de ses 12 années passées loin d’Apple, Jobs a également évolué dans sa vie privée.

En 1986, après la mort de sa mère adoptive, Jobs s’intéresse à ses racines et décide de rechercher sa mère biologique. Lorsqu’il retrouve Joanne Schieble, celle-ci est émue et s’excuse d’avoir fait adopter Jobs.

Jobs est également surpris d’apprendre qu’il a une soeur, Mona Simpson. Mona Simpson et lui sont tous deux des artistes au caractère bien trempé et finissent par devenir proches. 

À la même époque, Jobs rencontre Laurene Powell. Le couple se marie en 1991, avec la bénédiction de l’ancien gourou zen de Jobs. Laurene Powell est déjà enceinte de leur premier enfant, Reed Paul Jobs. Le couple aura par la suite deux autres enfants, Erin et Eve.

Avec les encouragements de Laurene, Jobs tente également de passer plus de temps avec Lisa Brennan, la fille de sa première relation. Jobs s’efforce d’être un père plus actif pour Lisa, et finalement, elle emménage et vit avec Jobs et Laurene jusqu’à ce qu’elle aille à l’université d’Harvard.

En grandissant, Lisa sera aussi capricieuse que Jobs, et comme aucun des deux n’est pas doué pour tendre la main et reconnaître ses tords, ils peuvent passer des mois sans se dire un mot.

De façon général, la façon dont Jobs s’engageait avec les gens dans sa vie privée était similaire à son comportement au travail. Son approche était binaire : il était soit extrêmement passionné, soit extrêmement froid.

Le retour du roi

Dans les années qui ont suivi le licenciement de Jobs, Apple a commencé à échouer en tant qu’entreprise. 

Pour enrayer ce déclin, Gil Amelio a été nommé PDG en 1996. Amelio savait que pour remettre Apple sur le droit chemin, la société devait s’associer à une entreprise aux idées nouvelles. C’est ainsi qu’en 1997, Amelio choisit d’acquérir les logiciels de NeXT, faisant de Jobs un conseiller pour Apple.

Une fois de retour chez Apple, Jobs a pris autant de contrôle qu’il le pouvait. Il a commencé à construire discrètement sa base de pouvoir en installant ses employés préférés de NeXT dans les hautes sphères d’Apple.

Pendant cette période, le conseil d’administration d’Apple a réalisé qu’Amelio n’allait pas être le sauveur d’Apple. Mais il pensait que l’entreprise pouvait avoir une nouvelle chance avec Jobs. Le conseil a donc proposé à Jobs le poste de PDG d’Apple. Étonnamment, Jobs a refusé. Au lieu de cela, il insiste pour rester dans son rôle de conseiller et participe à la recherche d’un nouveau PDG. 

Jobs a utilisé son statut de conseiller pour accroître son influence au sein d’Apple. Il oblige même le conseil d’administration à démissionner – celui-là même qui lui avait recommandé de prendre le poste de PDG – car il estime qu’il ralentit sa progression dans la transformation de l’entreprise. 

En tant que conseiller, Jobs parvient également à établir un partenariat avec le rival Microsoft, amenant l’entreprise à créer une nouvelle version de Microsoft Office pour le Mac, mettant ainsi fin à une décennie de batailles juridiques et faisant monter en flèche le cours de l’action Apple.

Finalement, et après de nombreuses hésitations, Jobs devient PDG et exige que l’entreprise se recentre sur la fabrication de moins de produits. En 1997, Apple a enregistré une perte de 1,04 milliard de dollars. Mais en 1998, après la première année complète de Jobs en tant que PDG, la société a enregistré un bénéfice de 309 millions de dollars. Jobs venait donc de sauver l’entreprise Apple.

Une vision sans limite

Lorsque Steve Jobs a découvert le talent visionnaire du designer Jony Ive, il a fait de ce dernier la deuxième personne la plus puissante d’Apple, après lui-même. C’est ainsi qu’a débuté un partenariat qui allait devenir la plus importante collaboration en matière de design industriel de son époque.

Le premier produit que Jobs et Ive ont conçu ensemble est l’iMac, un ordinateur de bureau dont le prix avoisine les 1 200 dollars et qui est destiné aux consommateurs ordinaires. 

Avec l’iMac, Jobs et Ive ont remis en question l’idée traditionnelle de l’apparence d’un ordinateur. En choisissant un boîtier bleu et translucide, ils ont reflété leur obsession de rendre l’ordinateur parfait, à l’intérieur comme à l’extérieur. Ce design a également donné à l’ordinateur une apparence ludique.

Lancé en mai 1998, l’iMac est rapidement devenu l’ordinateur le plus vendu de l’histoire d’Apple. 

Cependant, Jobs commence à s’inquiéter du fait que les produits uniques d’Apple puissent se perdre parmi les produits génériques d’un mégastore technologique. Sa solution consiste à créer l’Apple Store afin de permettre à l’entreprise de contrôler l’ensemble du processus de vente au détail.

Jobs a commencé par construire un prototype de magasin, en le meublant entièrement et en s’intéressant à chaque détail de l’expérience de service et de l’esthétique générale. Il a insisté sur un sens du minimalisme tout au long du processus, depuis le moment où le client entre dans le magasin jusqu’à celui où il passe à la caisse. 

En mai 2001, le premier Apple Store a ouvert ses portes. C’est un succès retentissant, car la conception minutieuse de Jobs a porté la vente au détail et l’image de marque à un tout autre niveau.

Une nouvelle révolution dans le monde de la tech

Après le succès de l’Apple Store et de l’iMac, Jobs a élaboré une nouvelle et grande stratégie. Sa vision est celle d’un ordinateur personnel au centre d’un nouveau style de vie numérique. 

Il appelle cela sa stratégie de hub numérique.

Cette stratégie envisage l’ordinateur personnel comme une sorte de centre de contrôle qui coordonne une variété d’appareils, des lecteurs de musique aux caméras vidéo.

Pour commencer à concrétiser sa vision, Jobs a décidé qu’un lecteur de musique portable serait le prochain produit Apple. En 2001, Apple a lancé l’iPod, un appareil épuré qui combinait la désormais célèbre molette cliquable avec un petit écran et une nouvelle technologie de disque dur.

Les critiques étaient sceptiques quant à l’idée que les gens dépenseraient 399 dollars pour un lecteur de musique, mais les consommateurs ont fait de l’iPod un tel succès que, en 2007, les ventes d’iPod représentaient la moitié des revenus d’Apple.

L’étape suivante consistait à concevoir un téléphone portable Apple.

En 2007, Apple a sorti la première version de l’iPhone. Deux technologies importantes ont rendu l’iPhone possible : l’écran tactile, qui pouvait traiter plusieurs entrées simultanément, et le verre de couverture incroyablement robuste, appelé Gorilla Glass.

Une fois de plus, les critiques se sont montrées sceptiques à l’égard de la stratégie d’Apple, arguant que personne ne paierait 500 dollars pour un téléphone portable – et une fois de plus, Jobs a prouvé qu’ils avaient tort. Fin 2010, les bénéfices tirés des ventes d’iPhone représentaient plus de la moitié des bénéfices totaux générés sur le marché mondial des téléphones portables.

L’étape finale de la stratégie de Jobs a été le lancement d’un ordinateur tablette, l’iPad.

Apple a officiellement lancé l’iPad en janvier 2010. Apple a vendu plus d’un million d’iPad le premier mois, et 15 millions au cours des neuf premiers mois.

Avec la sortie de l’iPod, de l’iPhone et de l’iPad, il était clair que la stratégie audacieuse de hub numérique de Jobs avait réussi à transformer le secteur de la technologie grand public.

La fin d’une ère

Jobs a appris qu’il avait un cancer lors d’un examen urologique de routine en octobre 2003. 

Malheureusement, Jobs a abordé le problème de son cancer de la même manière qu’il abordait un problème de conception : il a ignoré toutes les idées reçues et a décidé de sa propre méthode pour le combattre.

Il a refusé toute intervention chirurgicale pendant neuf mois et a essayé de se soigner par l’acupuncture et des régimes végétaliens. Au fil du temps, la tumeur cancéreuse a grossi et Jobs a finalement dû subir une intervention chirurgicale invasive pour l’enlever.

Pourtant, même lorsque le cancer est revenu en 2008, il a de nouveau insisté pour suivre un régime strict à base de certains fruits et légumes, ce qui lui a fait perdre plus de 40 kilos.

Finalement, il a été convaincu de subir une transplantation du foie, mais sa santé s’est gravement détériorée et il ne s’en est jamais remis.

Jobs est décédé en 2011. Il a laissé en héritage l’une des entreprises technologiques les plus importantes au monde.

Tout ce que Jobs a fait dans sa vie était le fruit de son incroyable intensité, et avant de mourir, il a déclaré : « J’ai eu une carrière très chanceuse, une vie très chanceuse. J’ai fait tout ce que je pouvais faire ».

Comme pratiquement aucun autre individu, la personnalité de Jobs se reflétait pleinement dans ses créations, car chaque produit Apple était un système étroitement fermé et intégré de matériel et de logiciel.

Et si la stratégie ouverte employée par Microsoft – autorisant la concession de licences pour son système d’exploitation Windows – lui a permis de dominer le secteur des systèmes d’exploitation pendant de nombreuses années, le modèle de Jobs s’est avéré avantageux à long terme, car il garantissait une expérience utilisateur transparente et élégante de bout en bout.

Peu avant sa mort, Jobs a pu voir Apple dépasser Microsoft en tant qu’entreprise technologique la plus valorisée au monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Fermer
Fermer
Se connecter
Fermer
Panier (0)

Votre panier est vide. Votre panier est vide.



Devise